Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Suède et moi

Laves d'Islande

23 Avril 2020 , Rédigé par JacquesG Publié dans #Islande, #Nature

En 1985, j'ai fait le tour de l'Islande, dans le sens des aiguilles d'une montre, en à peu près 14 jours. Je vous ai déjà montré des photos de ce périple de plus de 2500 km, mais pas encore les quelques laves que j'ai rapportées et qui sont maintenant alignées sur une des étagères de ma bibliothèque.

L'Islande est une île entièrement volcanique, comme vous le savez, et tout ce que l'on peut y ramasser est un jour sorti d'un volcan en fusion. Il y bien un site que l'on nous a montré, au bord de la mer, avec quelques sédiments, mais cela reste anecdotique. Voici mon tour de l'île en 10 petites roches volcaniques.

Petit fragment assez lourd et plat, environs de Reykjavik.

Petit fragment assez lourd et plat, environs de Reykjavik.

Petit morceau léger, environs de Borgarnes.

Petit morceau léger, environs de Borgarnes.

Lave rouge assez lourde, Snæfellsjökull.

Lave rouge assez lourde, Snæfellsjökull.

Le Snæfellsjökull, à la pointe nord-ouest de l'Islande, est un volcan célèbre et un site d'une grande beauté. C'est là que Jules Verne fait descendre ses personnages dans les entrailles de la terre. Pour collecter cette lave, je me suis contenté de gravir ses pentes.

Deux morceaux de lave de la coulée du 10 septembre 1984, Krafla. Celui de gauche a senti le soufre pendant fort longtemps.

Deux morceaux de lave de la coulée du 10 septembre 1984, Krafla. Celui de gauche a senti le soufre pendant fort longtemps.

Lave dense avec cristaux, entre Egilsstaðir et Höfn.

Lave dense avec cristaux, entre Egilsstaðir et Höfn.

Petit galet bien poli par la mer, un peu à l'ouest de Jökulsárlón.

Petit galet bien poli par la mer, un peu à l'ouest de Jökulsárlón.

Voir ci-dessous.

Voir ci-dessous.

Ci-dessus, deux morceaux de lave du mont Hekla, non loin de la coulée de 1980. Celui de gauche est extraordinairement léger et dans les premiers temps il tendait à s'effriter, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Celui de droite est un peu plus dense et a une coloration rougeâtre. Je me souviens m'être assis sur le front de la coulée où je l'ai prélevé, front acéré et coupant.

Lave légère, tarabiscotée et multicolore, Ljótipollur.

Lave légère, tarabiscotée et multicolore, Ljótipollur.

Cette lave est bien à l'image du cratère Ljótipollur, dont nous avons fait le tour. Ljótipollur veut dire à peu près "laide mare", mais je ne l'ai pas trouvée laide, plutôt austère mais bien colorée. Au fond du cratère se trouve effectivement un plan d'eau.

Si vous avez des connaissances en volcanologie, vous pourriez commenter ces photos et m'apporter des précisions, je vous en serais reconnaissant.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article