Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Suède et moi

50 ans de tutoiement en Suède

26 Juin 2017 , Rédigé par JacquesG Publié dans #Traditions, #Langue suédoise

Aujourd'hui (il y a quelques exceptions), tout le monde se tutoie en Suède. J'arrive en Suède à Skavsta et je demande au premier guichetier venu : "Ursäckta, kan du säga mig var jag ska ta bussen till Nyköping ?" - "Bussen står direkt framför huvudentrén. Varifrån kommer du ?" - "Dijon" - "Aha, senap !". Petit dialogue réel il y a trois ans lors de mon arrivée ! Ayant commencé de lire un peu de suédois au début des années 1970 et l'ayant réellement appris par la suite, je n'ai jamais connu d'autres possibilités que celle du tutoiement. 

Ceci a commencé à la fin des années 60 et a été formalisé et encouragé lors de l'entrée en fonction de Bror Rexed au Ministère de la Santé Publique (disons ça comme cela), le 3 juillet 1967, dans son discours de bienvenue il déclara qu'il avait l'intention de tutoyer tout le monde et demanda à tous de l'appeler par son prénom.

Mais comment en est-on venu là ?

"Kalla mig bror !" = "Appelez-moi Bror !"

"Kalla mig bror !" = "Appelez-moi Bror !"

Le ni n'avait jamais été une vraie forme de politesse et était de toute façon un pluriel (comme vous en français, ce qui ne nous gêne pas), il était de moins en moins employé.

On tutoyait les personnes vraiment très proches, par exemple dans le cercle de famille, sinon on s'adressait aux autres personnes ainsi :

-- han/hon s'il s'agissait d'un subordonné, c'est-à-dire à la troisième personne. Dans ce cas on pouvait également l'appeler par son prénom. "Har han tvättat sina händer ?" = litt. "A-t-il lavé ses mains ?" C'est-à-dire : "Vous vous êtes lavé les mains ?".

-- par son titre, s'il s'agissait d'un supérieur. "Får jag be Herr Överläkaren om hjälp ?" = "Puis-je demander de l'aide au Médecin-chef ?" = "Vous voudriez bien m'aider ?"

-- une belle-mère s'adressait à son gendre par son prénom "Kan Bertil ge mig lite socker ?" = "Bertil peut-il me donner un peu de sucre ?"

-- on parlait à un inconnu en citant son titre, sa profession ou son statut social, ce qui menait à de belles périphrases lorsque l'on ignorait précisément sa profession, du style "Mon voisin de gauche voudrait-il me passer le sucre ?", le comble du phénomène étant atteint avec le passif, par exemple : "Ska det provas skor?" = m. à m. Des chaussures vont-elles être essayées ? pour éviter de dire : "Voulez-vous essayer des chaussures ?".

Ces pratiques étaient bien entendu différentes selon la classe sociale, ouvriers ou paysans, bourgeoisie, noblesse, et également selon les régions. Le passage au tutoiement généralisé s'est fait sur plusieurs années, la radio et la télévision y ayant largement contribué.

Je constate en regardant la télévision suédoise que tout le monde se tutoie, même la journaliste quand elle s'adresse au Premier Ministre. Une exception notoire est celle du Roi, que l'on peut continuer d'appeler "ers majestät" ou "kungen", selon le cas. "Var kungen nöjd med midsommarfirandet ?" = "Vous avez été satisfait des festivités de la midsommar ?". Un député peut également prendre la parole en s'adressant comme il se doit au président de l'assemblée : "Fru talman, bla bla" = "Madame la Présidente". Les titres n'ont donc pas disparu, mais il ne sont plus utilisés dans la vie courante pour s'adresser aux gens, comme on était obligé de le faire auparavant. En tant qu'étranger utilisant occasionnellement le suédois, je ne m'en plains pas !

Annexe : réactions de mes amis suédois.

Gunnar :  "Tu sais qu'on dit que les "dalkarlar" en Dalecarlie (Dalarna), toujours ont tutoyé les gens. Mon grand-père a commencé à tutoyer les gens déjà dans les années 1920-30".

"Il y avait des "convulsions" au début, des gens qui ne voulaient pas tutoyer les gens et c'est x qui insistaient ! Puis, dans les années -80 le vouvoiement était de retour !"

"Bror Rexed fick ju smeknamnet "Durex" som ni nog vet." = Bror Rexed s'est vu attribuer le surnom affectueux de Durex, comme vous le savez certainement. Durex : le roi du tu !

Audrey : "Det händer fortfarande att man blir niad i butiker" = Il peut se produire que l'on vous vouvoie dans les magasins.

"Le problème, c'est de vouvoyer en France quand tu as vécu plusieurs années en Suède."

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article