Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Suède et moi

Timbres et CD de Franz Berwald

8 Août 2016 , Rédigé par JacquesG Publié dans #FDC, #Musique

Le compositeur Franz Berwald est relativement peu connu en France mais très célèbre dans son pays, la Suède. C'est dans la Berwaldhallen à Stockholm que se produit (entre autres) l'Orchestre de la Radio Suédoise. En 1968, pour le centenaire de sa mort, la Poste Royale Suédoise a émis deux timbres à son effigie sur du papier fluorescent (på fluorescerande frimärkspapper). Nous allons revenir sur ces différents points. Voici l'enveloppe FDC dans son ensemble :

Un timbre de 35 öre et un de 2 SEK.

Un timbre de 35 öre et un de 2 SEK.

Ici, le détail du timbre de 2 SEK et l'oblitération Premier Jour.

Ici, le détail du timbre de 2 SEK et l'oblitération Premier Jour.

Le dessinateur du timbre est Sven Erik Skawonius, le graveur en est Heinz Gutschmidt.

En ce qui concerne le premier, un Suédois, il semble qu'il ait eu de multiples talents, un site le présentant comme dramaturge, l'autre comme graveur et technicien de haut vol : il s'agit de la même personne car la date du décès est identique, sauf erreur de ma part. Vous pouvez regarder par ici, ou par .

Le second est né à Berlin, il est arrivé en Suède en 1919 des suites de la guerre. On en parle ici, en suédois. Quelle bonne idée d'avoir associé ces deux artistes, puisque Franz Berwald était lui-même d'origine allemande par son père et suédoise par sa mère !

Quand à la fluorescence, difficile de savoir si elle persiste encore, en l'absence d'une source d'ultraviolet à ma disposition... Je rappelle ce qu'un article de Wikipedia vient de me remettre en mémoire : la fluorescence cesse avec l'émission de lumière qui la provoque, la phosphorescence dure après que cette lumière se soit éteinte. Quelle était son utilité ? Je pense au début du tri automatique, mais vous en savez sans doute plus que moi.

Timbres et CD de Franz Berwald

Je possède deux CD de Franz Berwald où l'on entend ses quatre symphonies et un concerto pour piano. Je les ai écouté plusieurs fois, c'est une musique que j'aime, à la fois très personnelle et très ancrée dans la musique occidentale. Il faut savoir que Berwald a eu un succès postume et qu'il gagnait parfois difficilement sa vie avec son art, c'est ainsi qu'il a aussi été industriel et orthopédiste. Je ne résiste pas à faire une blague stupide mais qui n'est pas sans fondement : Berwald, c'est le pied !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article