Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Suède et moi

Munch (DVD), Munch (livre) et Nesbø

9 Juillet 2015 , Rédigé par JacquesG Publié dans #Norvège, #Cinéma, #Art, #Livres

Voici deux lectures norvégiennes dont une allemande et un film norvégien réalisé par un britannique : Edvard Munch, de Peter Watkins, Munch (Taschen) et L'homme chauve-souris de Jo Nesbø. Je n'ai pas encore lu le livre de Taschen que j'ai acheté suite au visionnage du film.

Munch (DVD), Munch (livre) et Nesbø

Edvard Munch (DVD emprunté à la Bibliothèque municipale) de Peter Watkins est un véritable pensum : le film dure 3h30. Je l'ai visionné en deux fois. Si le film a des mérites, dont je vais parler, il a aussi à mon avis de gros défauts.

Il est d'abord beaucoup trop long ! Ceci est dû en grande partie aux séquences qui reviennent de nombreuses fois au cours du film et dont Watkins nous abreuve jusqu'à la nausée : celles montrant la famille Munch décimée par la tuberculose, et celles de l'aventure sentimentale non aboutie d'Edvard Munch avec la femme qu'il appelle Mme Heiberg (jouée par une très belle comédienne). Était-il nécessaire de les passer autant de fois pour montrer l'état d'esprit du jeune Edvard ? D'autre part, si l'on ne peut critiquer le choix de Watkins de mêler les styles documentaire et fiction (cela a été fait de nombreuses fois depuis), ses choix de lumière sont décevants : si les séquences à l'extérieur sont éclairées correctement, celles à l'intérieur sont vaporeuses, mal définies, granuleuses comme il n'est pas possible et donnent à l'ensemble l'aspect d'une vilaine VHS. Pour un film sur l'art, c'est à mon avis très dommage !

Si l'on accepte de rester 3h30 devant ce sujet, on en tirera quand même quelque profit. La peinture de la société norvégienne et européenne de l'époque est tout à fait pertinente ainsi que l'exposition des idées qui avaient cours à la fin du 19ème siècle. Le trouble du jeune Munch face aux événements qu'ils a traversés est bien perçu comme le moteur de sa pensée artistique et de son oeuvre : avec toutes les répétitions que l'on nous impose, il faudrait être borné pour ne pas comprendre le message ! Pour finir, l'oeuvre de Munch est située dans son contexte historique, proche ou lointain, ce qui témoigne de la largeur de vue du réalisateur.

Munch (DVD), Munch (livre) et Nesbø

Munch, dans la collection Taschen. Je n'en dirai rien, l'ayant pour l'instant simplement parcouru. L’éditeur allemand est connu pour offrir des livres aux illustrations correctes (on ne s'attend évidemment pas à la perfection des Editions Mazenod !) et des textes de spécialistes du sujet, ce qui fait que l'on en a pour son argent (9,99 € chez un déstockeur).

Munch (DVD), Munch (livre) et Nesbø

L'homme chauve-souris, de Jo Nesbø. C'était ma première lecture de cet auteur, et j'ai commencé par le premier tome, celui qui l'a rendu célèbre. Il s'agit d'une lecture fort agréable et enrichissante. L'auteur situe son récit policier en Australie, où l'inspecteur Harry Hole est appelé pour enquêter sur le meurtre d'une jeune Norvégienne. Agréable, car le style est alerte et Nesbø fait preuve de beaucoup d'humour. Enrichissante, car le roman nous en apprend beaucoup sur la société australienne actuelle et passée ainsi que sur les aborigènes.

Quel rapport avec les deux œuvres citées plus haut ? Aucun, sinon que Harry Hole se débat avec des problèmes de sa vie passée qui prennent parfois le pas sur l'énigme qu'il a à résoudre, c'est un homme torturé capable du pire comme du meilleur, de bagarres d’alcoolique comme de déduction logique, un mélange de Edvard Munch et de Sherlock Holmes en quelque sorte !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article